Chiffres clés du Groupe Dillinger et du Groupe Saarstahl pour l’exercice 2020

  • Un nouvel exercice difficile : la pandémie de coronavirus a aggravé la situation déjà tendue au fil des mois
  • Régression substantielle des chiffres d’affaires du Groupe Dillinger et du Groupe Saarstahl consécutive à cette évolution de respectivement 21,2 % à 1,645 milliard d’euros et de 23,7 % à 1,684 milliard d’euros
  • Clôture de l’exercice 2020 du Groupe Dillinger avec un EBITDA de – 68,9 millions d’euros ainsi qu’un EBIT respectif de – 192,8 millions d’euros / Le groupe Saarstahl présente un EBITDA de – 70,4 millions d’euros et un EBITDA de – 171,2 millions d’euros
  • Parts de capitaux propres de Saarstahl (71,2 %) et Dillinger (62,1 %) toujours solides
  • Nette reprise de la demande pour les deux entreprises en début d’année
  • Prévisions pour l’exercice 2021 teintées d’un optimisme prudent mais néanmoins toujours empreintes d’incertitudes notamment en raison de l’évolution de la pandémie
  • Commentaire du Dr. Karl-Ulrich Köhler, Président des Directoires de Dillinger et Saarstahl : « Nous devons impérativement accélérer la mise en oeuvre du programme de réduction des coûts et rétablir l’équilibre de nos résultats rapidement, avec efficacité et de manière pérenne »

Pour le Groupe Dillinger, composé de la société Aktien-Gesellschaft der Dillinger Hüttenwerke (Dillinger) et de ses filiales, ainsi que pour le Groupe Saarstahl, articulé autour de la société Saarstahl AG et de ses filiales, l’exercice 2020 a de nouveau été très difficile. En 2019 et au début de l’année 2020, les deux entreprises étaient déjà confrontées à une situation structurelle et conjoncturelle critique, notamment en raison du protectionnisme pratiqué à l’échelle mondiale et des taxes douanières en découlant, mais aussi en raison de surcapacités substantielles et d’un recul de la demande dans des segments clients clés tels que l’industrie automobile, l’énergie et la construction mécanique. La pandémie de coronavirus n’a fait qu’amplifier massivement la crise existante.

Lors de la conférence de presse virtuelle commune aux deux groupes, le Président des Directoires et Responsable des Directions Financières de Saarstahl et Dillinger, Dr. Karl-Ulrich Köhler, a commenté l’exercice 2020 par ces mots : « La pandémie de coronavirus a continué d’aggraver la situation déjà tendue au fil des mois, avec pour conséquence un effondrement de la demande en cours d’année, d’abord chez Saarstahl puis, avec un temps de retard, chez Dillinger. Durant de nombreux mois, notre production a tourné à vue, parfois aux limites inférieures possibles sur le plan technique. En raison des pertes importantes accusées par les deux entreprises au cours de l’exercice 2020, la pression quant à la réalisation du plan de réduction des coûts induit par la récession s’est encore accentuée. Nous devons impérativement accélérer la mise en oeuvre du programme de réduction des coûts et rétablir rapidement l’équilibre des résultats, avec efficacité et de manière pérenne. »


Évolution de l’activité / évolution du chiffre d’affaires et des résultats

Chez Saarstahl, la demande de fils et de barres s’est nettement effondrée à partir du mois d’avril pour atteindre sa valeur plancher en août, avant un redressement substantiel des entrées de commandes depuis l’automne. Cette reprise est due principalement au redémarrage de la production dans l’industrie automobile. Dillinger a elle aussi été impactée, mais avec un temps de retard, pour enregistrer un recul progressif de la demande en cours d’exercice dans les segments consommateurs clés de la construction mécanique, du commerce ou des oléoducs et gazoducs. Par contre, l’éolien offshore a connu une évolution satisfaisante. Dillinger enregistre une reprise de son activité depuis le début de l’année 2021. En 2020, les deux entreprises ont eu recours plus fortement au chômage partiel, ce qui leur a permis d’adapter avec souplesse la charge des installations aux fluctuations des carnets de commandes. De plus, une gestion de crise a été mise en oeuvre tout au long de l’année pour lutter contre la pandémie grâce à de nombreuses mesures de protection sanitaire pour les collaborateurs.

Le chiffre d’affaires du Groupe Saarstahl a régressé de 23,7 % pour s’établir à 1,684 milliard d’euros contre 2,206 milliards d’euros au terme de l’exercice précédent. L’EBITDA consolidé (résultat avant intérêts, impôts et amortissements) du Groupe Saarstahl s’est chiffré à – 70,4 millions d’euros (contre – 18,5 millions d’euros en 2019), tandis que l’EBIT (résultat avant intérêts et impôts) a chuté à – 171,2 millions d’euros (contre – 127,6 millions d’euros en 2019). Les investissements du Groupe Saarstahl ont atteint 61,6 millions d’euros (contre 105,2 millions d’euros en 2019).

Le chiffre d’affaires du Groupe Dillinger a reculé de 21,2 % pour tomber à 1,645 milliard d’euros, contre 2,087 milliards d’euros au terme de l’exercice précédent. L’EBITDA consolidé (résultat avant intérêts, impôts et amortissements) et l’EBIT consolidé (résultat avant intérêts et impôts) du Groupe Dillinger se sont établis respectivement à – 68,9 millions d’euros (contre 8,5 millions d’euros en 2019) et à – 192,8 millions d’euros (contre – 116,1 millions d’euros en 2019). Les investissements du Groupe Dillinger se sont chiffrés à 41,7 millions d’euros, contre 72,4 millions d’euros en 2019.

La majorité des investissements engagés par Saarstahl et Dillinger, globalement en recul, ont été consacrés à des mesures d’amélioration de la protection de l’environnement et de réduction des émissions de CO2, à l’exemple de la nouvelle installation d’injection de gaz de cokerie qui permet, pour la première fois en Allemagne, d’exploiter l’hydrogène comme agent réducteur dans les hauts fourneaux dans des conditions d’exploitation normales. Par ailleurs, un nouveau réservoir de gaz sous pression a été mis en service sur le site de SAG à Neunkirchen, en Sarre, tandis qu’un nouveau refroidisseur circulaire avec système de récupération de la chaleur vient d’être implanté sur l’installation d’agglomération de la société ROGESA Roheisengesellschaft Saar (ROGESA), une filiale commune de Dillinger et Saarstahl, pour un investissement total à hauteur de 28 millions d’euros.

Perspectives 2021

Dillinger et Saarstahl ont abordé l’année 2021 avec une nette amélioration des volumes de commandes et tablent par conséquent sur une reprise globale de leur activité et une amélioration de leurs résultats. Les prévisions sont teintées d’un optimisme prudent mais néanmoins empreintes de certaines incertitudes notamment quant à la durée de la reprise et aux suites de la pandémie de coronavirus qui perdure.

Poursuite de la politique de transformation

L’amélioration des résultats implique la mise en oeuvre systématique du programme de réduction des coûts en cours. Dillinger et Saarstahl maintiennent fermement leur objectif d’une réduction des coûts de 250 millions d’euros. Concernant les économies de frais matériels, l’objectif défini de 150 millions d’euros est déjà étayé à hauteur de 90 % par des mesures concrètes touchant les achats de matériaux et de prestations en sous-traitance. Concernant les ressources humaines, les mesures visant à remplir le contrat intergénérationnel se chiffrent à 100 millions d’euros. Leur mise en oeuvre a débuté en 2020, mais la pandémie de coronavirus a généré un certain retard sur le calendrier prévu.

« Le retour à l’équilibre concernant nos résultats suppose également une réorientation stratégique, car nous entendons faire la course en tête dans nos segments et combler les trous dans notre portefeuille afin de prendre pied dans de nouveaux secteurs sur le marché », a déclaré Dr. Köhler. « La contribution de 150 millions d’euros à l’amélioration des résultats grâce à la réorientation de la stratégie commerciale reste un objectif poursuivi également avec une intensité extrême. Le Directoire s’engage avec force pour rétablir rapidement l’équilibre des résultats et améliorer la compétitivité de l’entreprise dans tous les secteurs. Nous nous sommes réorganisés en ce sens en créant la fonction transversale ‘Transformation’ » au sein du Directoire, a souligné Köhler.

Nous sommes prêts

Sur le plan stratégique, Dillinger et Saarstahl poursuivent leur objectif d’une production d’acier à bilan carbone neutre et sont d’ores et déjà prêtes et capables de proposer les solutions technologiques permettant d’atteindre cet objectif. Les investissements nécessaires pour cette politique de décarbonation ne peuvent cependant pas être facilement mobilisés, sachant qu’une production d’acier à bilan carbone neutre compétitive est aujourd’hui impossible compte tenu de la structure de coûts et du contexte global actuels. Dillinger et Saarstahl entendent néanmoins réduire progressivement les émissions jusqu’à ce que les conditions politiques autorisent une production à bilan carbone neutre rentable sur un plan économique. Pour cela, les entreprises continuent d’évaluer et d’améliorer les seuils d’efficience des mesures de décarbonation sur la production actuelle à base des hauts fourneaux existants.

Outre l’installation d’injection de gaz de cokerie mise en service en août 2020 dans les hauts fourneaux de ROGESA, l’entreprise poursuit actuellement plusieurs autres projets visant à produire de l’acier avec un bilan carbone neutre. Ainsi, une demande d’aides IPCEI a été déposée en mars pour le projet d’exploitation de l’hydrogène sur le site de Dillingen, baptisé H2SYNgas. Celui-ci fait appel à une technologie développée dans l’un des hauts fourneaux de ROGESA, qui permet non seulement l’utilisation des propres gaz de procédés métallurgiques, mais aussi des quantités considérables d’hydrogène. Cette technologie permet de remplacer le coke et d’éviter ainsi considérablement les émissions de CO2 qui en découlent. Par ailleurs, des études de faisabilité sont actuellement menées avec Rio Tinto et Paul Wurth en vue de la production d’éponge de fer à faible teneur en carbone (Canada), mais aussi avec Liberty Steel et Paul Wurth concernant une installation de réduction directe à base d’hydrogène (France).

À propos de Dillinger et Saarstahl

Dillinger est l’un des principaux producteurs mondiaux de tôles fortes en acier pour la métallurgie, la construction mécanique, la construction offshore ainsi que la construction d’éoliennes offshore et de pipelines. Saarstahl est l’un des principaux producteurs mondiaux de fils et de barres pour l’industrie automobile, le BTP et la construction mécanique en général. Rattachées à SHS – Stahl- Holding-Saar, les deux entreprises misent sur des produits innovants et des technologies intelligentes pour apporter des réponses aux enjeux mondiaux tels que la protection du climat, l’efficacité énergétique, la mobilité et la sécurité, en partenariat avec leurs clients. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site www.dillinger.de ou www.saarstahl.de

Firmenkontakt und Herausgeber der Meldung:

SHS – Stahl-Holding-Saar GmbH&Co.KGaA
Work Werkstraße 1
66763 Dillingen/Saar
Telefon: +49 (6831) 47-0
Telefax: +49 (6831) 47-4209
http://www.stahl-holding-saar.de

Ansprechpartner:
Ute Engel
Leiterin Kommunikation
Telefon: +49 (6831) 47-3011
Fax: +49 (6831) 47-4209
E-Mail: ute.engel@stahl-holding-saar.de
Für die oben stehende Pressemitteilung ist allein der jeweils angegebene Herausgeber (siehe Firmenkontakt oben) verantwortlich. Dieser ist in der Regel auch Urheber des Pressetextes, sowie der angehängten Bild-, Ton-, Video-, Medien- und Informationsmaterialien. Die United News Network GmbH übernimmt keine Haftung für die Korrektheit oder Vollständigkeit der dargestellten Meldung. Auch bei Übertragungsfehlern oder anderen Störungen haftet sie nur im Fall von Vorsatz oder grober Fahrlässigkeit. Die Nutzung von hier archivierten Informationen zur Eigeninformation und redaktionellen Weiterverarbeitung ist in der Regel kostenfrei. Bitte klären Sie vor einer Weiterverwendung urheberrechtliche Fragen mit dem angegebenen Herausgeber. Eine systematische Speicherung dieser Daten sowie die Verwendung auch von Teilen dieses Datenbankwerks sind nur mit schriftlicher Genehmigung durch die United News Network GmbH gestattet.

counterpixel